Idol, l’hôtel le plus groovy de la capitale Hôtel parisien

      Installé rue d’Edimbourg, tout près du quartier des Grands Magasins, à un jet d’archet de l’Opéra Garnier, L’Idol hôtel, le plus groovy de la capitale rend d’abord hommage à un quartier historiquement mélomane. On trouve dans cette rue le Conservatoire municipal de Paris et le Conservatoire national y a longtemps séjourné.

      Du coup, les luthiers sont légion dans la rue et dans tout le quartier, fabricants de guitares, de contrebasses et de violons. Une plaque commémorative rappelle même qu’ici a vécu Adolphe Boschot, célèbre critique musical et immense spécialiste de Berlioz. Dans le lobby “musical”, surplombant les piles de vinyles, la collection des suspensions sculpturales “Clark”, signées de l’éditeur DelightFull, en laiton trempé dans un bain d’or, détourne la trompette, le trombone et l’orgue de leur fonction purement musicale, et annoncent la partition qui va se jouer dans l’hôtel. Dans le petit salon, en point d’orgue, un néon lumineux sculpté par l’artiste Julie Gauthron et intitulé “Le Son de la Trompette”.

       

       Un mur photocall permet même de se prendre en photo sur fond de pochette de vinyle (on n’oublie pas de choisir une des perruques) et de la poster sur Facebook ou Instagram, histoire de parodier Austin Powers : “groovy baby !”. C’est également dans cet espace chaleureux et vintage – ambiance club de jazz – qu’un délicieux petit-déjeuner sucré salé est servi de 7h30 à 11h tous les jours aux hôtes hébergés mais aussi à ceux venus de l’extérieur. L’établissement dispose aussi d’un petit patio arboré de chèvrefeuille et de jasmin qui permet durant les beaux jours de prendre son petit-déjeuner à l’extérieur ou de profiter d’un moment de détente au coeur de Paris. Loin du minimalisme néo-brut ambiant, l’hôtel assume les papiers peints à paillettes, les meubles en corian aux teintes pop (rouge, vert, orange) des lampes boules (clin d’oeil au Studio 54, temple du Disco dans les années 70), et tous les télescopages de couleurs décomplexés : bleu canard-or, fuschia-vert olive, jaune-rouge…

      La décoration de Julie Gauthron est mélodieuse. Celle qui a le charme de ces microsillons colorés qu’on aurait chinés un dimanche matin. Ambiancez-vous dans cet hôtel quatre étoiles parisien !

      Read the English version

      Partagez cet article
      Tapez ici votre recherche et appuyez sur Entrée.
      non id Aliquam vulputate, justo ipsum