0%

bel-plaine

#KODDMUSIC vous présente sa première interview avec le groupe Bel Plaine quelques heures avant leur concert du 16 avril 2014 aux Trois Baudets. Bel Plaine est un mélange de pop indie folk parisienne aux accents anglophones… Une rencontre inoubliable remplie de rires et de projets très prometteurs ! Voyagez avec nous dans l’univers acoustique, nostalgique et romantique de cinq têtes ambitieuses…

#Koddmusic : Pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ? 

Antoine : Je suis chanteur, guitariste

Cédric : Je suis batteur et choriste

Alexis : Je suis clavier dans bel plaine

Morgan : Je chante et fait de la guitare comme Antoine

Ancelin : Je suis bassiste.

#Koddmusic : Pourquoi Bel Plaine ?

Morgan : On ne cherchait pas de nom, on composait des chansons avec Antoine et un jour j’étais dans une friperie et je regardais un rayon de tee-shirts. J’ai vu écrit « Belle Plaine » sur un tee-shirt et en lisant ça, j’ai eu un espèce de déclic, un coup de foudre. Je me suis dis que ça parce qu’il y a une impression d’ouverture qui correspondait bien à nos morceaux qui étaient folky avec plein d’harmonies. Il y avait un côté frais et nature qui me plaisait là-dedans. J’ai pensé : il faut que j’appelle Antoine immédiatement et j’ai acheté ce tee-shirt.

Antoine : Je me rappelle j’étais allongé sur mon lit comme toutes les après-midis, je ne glandais rien. Et je lui ai dit que c’était plus ambiguë d’enlever le « lle » et c’est devenu « Bel Plaine ». On ne cherchait pas vraiment de nom de groupe mais on savait à peu près ce qu’on voulait, que ça sonne entre le français et l’anglais pour ne pas se coller d’étiquette; parce qu’on ne sait jamais ce qu’on va faire.

#Koddmusic : Comment le groupe s’est-il formé ?

 Ancelin : On ne se connaissait pas avant.

Antoine : Le groupe s’est formé deux mois avant cette histoire (le choix du nom Bel Plaine, NDLR). C’était un jour de l’an, j’étais là par hasard et j’avais un autre projet avec Cédric, du coup il m’avait invité et au moment de dire au revoir à tout le monde, j’ai vu Morgan et il y a une chanson de « The drums » qui passait, on a commencé à kiffer cette chanson et on a parlé de musique. On s’est dit qu’on allait monter un groupe. On s’est re-croisé le lendemain par hasard sur un quai de métro, à Nation, il rentrait du boulot et moi j’allais faire la fête chez lui et il ne savait pas qu’il y avait la fête dans sa colloc et ce soir là on a joué des chansons, il y avait déjà des morceaux qui sont dans le premier EP. On a commencé a échanger nos idées et c’est là qu’on a eu l’envie de former le projet.

#Koddmusic : Quelles sont vos inspirations musicales ? 

Antoine : Ce sont des choses qui nous arrivent dans la vie, les voyages, c’est vraiment ce qui nous inspire le plus ! Quand on s’est rencontrés, on a été séduit par cette musique pleine d’harmonies.

Morgan : On écoute vraiment plein de choses, plus je réfléchis, plus je me dis qu’il y a des trucs que tu as écouté au début que tu retrouves en fait dans tes compos. Pour parler de moi par exemple, c’est la vieille folk, et ça se ressent un peu dans Bel Plaine. Il y a ce côté vieille Amérique. On écoute beaucoup Phoenix tous les deux parce qu’il y a une fraicheur…

Cédric : Ce qui est intéressant, c’est que je viens plus du pop rock pur et du coup on rajoute tous notre patte et ça fait un bon mix. Et Alexis, qui est plutôt jazzman de formation, ramène une autre sauce…

Alexis : Ce qui est amusant c’est que toutes les musiques qu’on écoute chacun de notre côté ont un truc en commun, c’est une fraicheur dans la mélodie. Que ce soit du chant au sens strict ou du chant tout simplement… Je pense que c’est ça le vrai lien. Quel que soit le style de musique.

Morgan : Il y a une immédiateté, on veut que notre musique touche les gens, on veut que la mélodie marche et que ça soit tout de suite assimilée !

#Koddmusic : Quelle sensation ça vous a fait de faire la première partie de Justin Nozuka ? 

Antoine : c’était trop cool !

Cédric : C’est la première fois qu’on avait un public aussi fourni et une salle complète enfin, comble… C’était vraiment super excitant ! Le public réagissait au moindre truc. Quand tu parles ça réagit, quand tu commences un morceau ça réagit… Ça aurait pu être en négatif aussi mais le public était top !

Alexis : Le public était très à l’écoute !

Ancelin : Ce qui n’est pas toujours le cas pour des premières parties aussi…

Alexis : On avait peur de ça, en sachant que c’était quelqu’un de très apprécié, on se méfiait vraiment du retour de baton.

Cédric : Les gens étaient là à 100% pour Justin Nozuka. Il y avait cinq nanas de Suède… Il y avait des gens qui ont prit des avions pour être là ! Même s’ils étaient mégas fans de Justin, ils étaient mégas ouverts à de nouvelles choses apparemment parce que dès notre entrée sur scène, ils ont commencé à nous encourager avant la première note et ça donne des ailes ! Et il se trouve qu’après, ça s’est plutôt bien passé et c’était juste un énorme plaisir. C’était quelque chose de nouveau…

Antoine : La Maroquinerie c’est une super salle et on s’est tout de suite sentis chez nous.

Cédric : Tout le merchandising qu’on avait emmené s’est écoulé !

Alexis : Et surprise ! Ce n’est pas toujours le cas, de parler avec des têtes d’affiches. Ils ont été vachement sympas, on se sent vraiment à la maison et c’est cool.

#Koddmusic : Quels sont vos futurs projets suite au concert de ce soir ? (Le concert du 16 avril 2014, NDLR)

Morgan : Ce soir c’est notre dernier concert Parisien avant les Solidays.

Antoine : En réalité, il nous reste trois dates mais c’est à confirmer…

Ancelin : Il n’y a pas vraiment de dates fixes mais c’est très probable que ça soit le dernier concert à Paris.

Alexis : On sait qu’il y a un gros truc c’est quand même les Solidays afin qu’on puisse symboliser notre rapport au Paris Jeunes Talents.

Antoine : Ça a marqué la fin d’une époque où on a bossé avec des gens qui nous suivaient.

Alexis : Pour le festival Poupet on sera en première partie de Julien Doré et on est super content, il y aura beaucoup de monde !

Morgan : Aux Solidays, c’est ce Paris Jeunes Talents qui nous a beaucoup aidé, qui a été un vrai tremplin. Et là, le 27 avril, on va ouvrir un gros cadeau qui est dans le garage, on nous a filé les clés et on sait que c’est une voiture mais on ne l’a pas encore vu.

Alexis : On avance, on écrit beaucoup, on prépare de nouvelles chansons, on ne sait pas ce que ce sera exactement. Combien ? Single ? EP ou album ? On écrit beaucoup pour pouvoir jouer des chansons en live pour partager ces moments de répètes avec des gens.

Antoine : On va tourner fin Mai le clip de Lifeboat ! On ne sait pas encore quand il va sortir, on attend d’être suivis par un label mais on compose plein de belles choses… C’est pas parce qu’on n’a pas de concerts pendant un mois et demi que ça veut dire qu’on ne bosse pas comme des tarés. On va faire également une tournée au Sri Lanka d’une semaine et demi en juin avant les Solidays et une date aux Maldives.

#Koddmusic : En parlant de vos futurs projets, à quand le premier album de Bel Plaine ?

Antoine : On aimerait pouvoir vous répondre mais on ne sait pas du tout ! (Rires)

Morgan : Ça vous arrange quand ? Il y a une date ? C’est vraiment quand vous voulez ! (Rires)

Alexis : On ne sait pas sous quelle forme, il y a beaucoup de choses qui arrivent entre notre clip et de gros concerts… On n’a pas de dates fixes.

Antoine : Je ne sais pas si on est prêts pour un album… Je ne sais pas si on aura pas plutôt envie de faire un EP et ensuite faire un album quand on aura un peu plus de moyens pour faire quelque chose de joli. On ne va pas seulement enregistrer des chansons pour les mettre sur un cd…

Alexis : Le groupe tel qu’il est construit est relativement jeune et on commence à s’amuser, à tester des choses et pour nous l’album ça serait peut-être s’enfermer… On expérimente vachement c’est super agréable !

Cédric : Je pense qu’on va tester des choses, comme on fait en ce moment.. Développer des tas de choses avec le public pour voir comment ça réagit.

Antoine : Ça nous ferait plaisir qu’il y ait un vrai concept qui sorte avec l’album, quelque chose d’originale.

Cédric : Surtout que la notion d’album ça se perd un peu. J’aimerais bien faire un album, avec un vrai sens qui ne soit pas juste une compile avec deux, trois chansons biens.

Ancelin : Essayer de développer tout le package autour aussi…

Antoine : Surtout que tout le monde télécharge maintenant… Il faut voir si un vinyle ne serait pas mieux qu’un cd.

#Koddmusic : Avez-vous pensé à vous exporter à l’étranger ?

Antoine : On adorerait mais je pense qu’il faut réussir ici pour arriver à convaincre les gens ailleurs mais on aimerait !

Alexis : Il faut surtout être très sûr de soi, c’est quand même se confronter à des publics très différents. Je pense qu’on est très curieux..

Antoine : On sait que ça marche parce qu’on a pas mal de potes américains et anglais, on sait qu’ils adorent mais ça ne suffit pas à te faire une idée.

Cédric : Il faudrait essayer aussi la scène Belge par exemple qui se rapproche beaucoup de la scène américaine parce qu’il y a beaucoup d’anglophones et le public est assez similaire.

Antoine : Par exemple on a enregistré Lifeboat en Suède dans un studio pendant une semaine et on a organisé un petit live semi acoustique et il y a eu de bons retours, une bonne ambiance… 

Cédric : Les gens sont très à l’écoute.

#Koddmusic : Justement, vous chantez en Anglais et pourquoi pas en Français ?

Antoine : Au début on chantait en anglais parce que toutes nos influences étaient en anglais. Depuis quelques temps, on a mis dans un dernier titre qu’on a composé, deux phrases de pré-refrain en français, (Morning, NDLR) . On ne se pose pas vraiment de questions, on cherchait l’ambiguïté dans le nom du groupe afin de ne pas rentrer dans des cases. On n’a pas envie de se dire qu’on chantera qu’en anglais ou qu’en français. Mais aujourd’hui, si une chanson se prête au français on le fera, un peu comme pour le titre Morning.

Morgan : Une des raisons c’est que les premières mélodies qu’on a réalisé ne se prêtaient pas vraiment au français; donc naturellement l’anglais est plus impactant ! Maintenant qu’on a évolué, on trouve qu’il y a plus de moyens d’insérer un peu de français.

Antoine : Comme disait Alexis, on expérimente de plus en plus. On va vraiment privilégier si ça sonne ou pas en faite… 

#Koddmusic : Que pensez-vous du concept du magazine KODD ?

Morgan : On ne peut qu’encourager ça !

Antoine : Moi je trouve ça super… J’espère que même si un jour on réussit, on aura le droit de refaire un petit article dans votre magazine. 

Alexis : Merci à vous de nous inviter, c’est vraiment cool.

Ancelin : C’est important, si ça peut servir de tremplin pour les gens émergents.

Antoine : C’est cool qu’il y ait un site qui centralise des nouveautés. Je vais aller sur votre site, pour découvrir de nouveaux artistes.

Alexis : Il se trouve qu’on a un ami (Jérémi, ingénieur son de leur premier EP, NDLR) qui a ce concept là juste pour la musique, ça nous touche forcément…

#Koddmusic : Un dernier mot ?

Antoine : Que les gens viennent à Solidays !

Morgan : Merci aux gens qui nous suivent parce qu’on continue à faire de nouvelles choses. 

Alexis : On va faire la fête !

Morgan : En plus il y en a deux dans le groupe qui sont célibataires..

Antoine : On ne dira pas lesquels ! (Rires)

Nous remercions Maëva Saurine, la manager de Bel Plaine pour cette rencontre avec le groupe le temps d’une interview. 

Suivez les actualités de Bel Plaine sur Facebook, Twitter et Youtube

Propos recueillis par Angela Anz et Orlandina Araujo.

REJOIGNEZ LE CLUB KODD!
Dénichez nos découvertes